dimanche 20 décembre 2015

Le Musée de Poche, l'art à portée des enfants


Nous sommes toujours très enthousiastes à propos des lieux d'art dédiés aux enfants. Et le Musée de Poche, qui a récemment déménagé rue de la Fontaine au Roi (à deux pas de République), est un lieu particulièrement accueillant qui se donne pour mission de rendre l'art accessible dès le plus jeune âge.

Le musée propose une offre variée d'ateliers d'art plastique à destination de tous les âges, dans un espace créatif richement doté en matériel, qui donnerait envie à n'importe qui de s'installer et de participer.
Les enfants ont à leur disposition une bibliothèque aux beaux ouvrages de qualité, qui sont aussi proposer à la vente: livres pop-up, livres d'art, kits créatifs, etc. L'espace galerie invite à la découverte d'expositions temporaires de jeunes artistes dont l'univers est bien souvent poétique. 
Sensible aux pédagogies nouvelles, le lieu est à hauteur d'enfant, et ceux-ci ont le droit de toucher, de découvrir, d'expérimenter. La dimension ludique et sensorielle étant privilégiée, les enfants sont joyeusement initiés à l'art et à l'esthétique, en sollicitant leur curiosité, leur créativité, nourrissant leur imaginaire. Autant de qualités, en lien participant à leur bien-être, leur confiance et leur épanouissement.
Enfin, le Musée a aussi pour vocation de familiariser les enfants avec l'histoire de l'art, à travers la découverte de thématiques, de grands mouvements ou noms de l'art lors d'ateliers (Dali, Hokusai, Matisse,...), mais aussi de visites de médiation dans les expositions parisiennes. 

Le Musée de Poche est sans aucun doute l'un de ces lieux parisiens dont on se souvient avec plaisir, porteur d'une véritable personnalité et d'une grande richesse culturelle. On ne peut que féliciter Pauline Lamy pour son audace et son investissement. Souhaitons une longue vie colorée et joyeuse au Musée de Poche! 

Le programme des ateliers étant toujours bien chargé, n'hésitez pas à réserver à l'avance. À voir jusqu'au 30 janvier, l'exposition Le grand avenir, présentant les œuvres textiles poétiques de Géraldine Alibeu, (Les yeux fermés, Actes sud) sur le thème de l'enfance. 

Le Musée de Poche, 41 rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris. Horaires : Du mardi au vendredi de 11h à 19h / Le samedi de 10h à 19h / Ouverture un dimanche par mois de 14h30 à 18h. Possibilité de réserver en ligne. 

Lettre à l'enseignante de mon fils



Chère madame L,

J'ai eu la grande surprise de découvrir, lors de la lecture des cahiers de mon fils I., certains textes de "chansons" et "poésies" qui prônent en l'occurrence une certaine violence à l'égard des enfants ou encore des animaux: "moi j'aime bien la fessée", "peinture confiture ou chocolat", et "il était une bergère". 
Même s'ils peuvent en apparence sembler innocents ou drôles, je pense que ces textes véhiculent une violence et une agressivité qui, de fait, vont être banalisées ou renforcées. Ainsi, un enfant de 5 ans apprend qu'il est normal d'être frappé ou insulté quand il se salit, et, je cite, que cela le remplit de bonheur ou que la maison est plus gaie, et que s'il ne s'est pas nettoyé seul, c'est un "bébé"; mais encore que l'on a le droit de frapper un animal si l'on est en colère... Il y a là un message non seulement de banalisation de la violence, mais également de culpabilisation et de dévalorisation de l'enfant. 

Ma réponse à cette violence est un non ferme et clair. Non, je ne frappe pas mon enfant, je ne l'insulte pas, je ne procède pas à des formes de chantage ou de punitions.
A cela, je préfère de loin établir une relation de confiance, basée sur le dialogue et le respect de chacun, mais aussi l'apprentissage de la liberté et de la responsabilité, dans un cadre souple mais clair et démocratique. Il ne s'agit pas d'une forme de laxisme, mais bien d'un travail important sur soi en tant qu'adulte et parent conscient de la violence transmise de génération en génération par les adultes, des conséquences terribles qu'elle engendre et de la nécessité de désamorcer ces processus parfois inconscients.

Il faut laisser le temps aux enfants d'être des enfants, de se salir, de sauter à pieds joints dans les flaques d'eau et de mettre de la peinture partout. Les vêtements se lavent, sèchent. Nous oublierons tous ces détails. Mais les moments de joie et de rire partagés, eux, n'ont pas de prix. Je saute encore dans les flaques d'eau. 
Il faut laisser le temps d'apprendre, le droit de faire des erreurs, de respecter le rythme d'apprentissage de chacun, de valoriser la confiance, la créativité et l'autonomisation. En tant qu'adulte en interaction quotidienne avec de jeunes enfants, nous devons faire la différence, et partager un message positif et bienveillant. Il est urgent de changer de paradigme éducatif, et de faire enfin confiance à nos enfants. 

Je suis extrêmement consciente des énormes difficultés et pressions que les enseignants subissent dans le système de l'éducation nationale, et je ne souhaite pas ici critiquer ou remettre en question votre travail, mais partager mon point de vue de maman, et surtout d'être humain persuadé que l'on peut faire autrement ; que nous avons tous à y gagner, les enfants en premier lieu. Notre responsabilité, notre rôle, sont importants. Je vous remercie aussi chaleureusement de prendre soin d'I. au quotidien, et de votre travail de belle qualité. J'ai vu I. s'épanouir dans ces apprentissages ces derniers mois, notamment dans ses premiers pas à la découverte de la lecture et de l'écriture. 

Je reste à votre disposition, Madame, pour tout complément d'information que souhaiteriez. 
Je vous présente également mes meilleurs vœux à l'occasion des fêtes de fin d'année. 

vendredi 18 septembre 2015

Accueillir les émotions pour un épanouissement durable


Source

Force est de constater que notre société n'a pas exploité son potentiel émotionnel. Et même plus: il semble qu'elle ne cesse de le renier. Ainsi le petit garçon qui pleure est "une fillette" et la dame aux prises de ses émotions passe pour une "hystérique". Bien souvent, une certaine violence éducative voudrait que non seulement nous ne montrions pas trop nos émotions - si ce n'est les émotions jugées "négatives", tout en les interdisant à nos enfants : "arrête de pleurer", "cesse tout de suite ton cinéma", "si tu te mets en colère / fais une crise, tu seras puni".

Pourtant, une émotion est toujours juste, légitime. Elle apparait, est ressentie, et a besoin d'être extériorisée. Elle exprime toujours un besoin, une demande, qu'il sera plus sage d'écouter, auxquels il faudra donner une réponse appropriée. Nous sommes des êtres d'émotions.
Écouter, reconnaître, accepter : "Oui, tu as le droit de ressentir cela, c'est juste." Et répondre, en trouvant des manières constructives de l'exprimer. Mettre des mots simples sur les ressentis est une étape importante : il est nécessaire de nommer les émotions pour mieux les appréhender. 
La colère par exemple est légitime, mais au lieu de casser quelque chose ou d'avoir un comportement inacceptable, on peut très bien imaginer une autre façon de l'extérioriser. 
Ainsi l'enfant est accueilli, non jugé, est en capacité de maîtriser et de reconnaître ses émotions dans un climat sain pour sa santé émotionnelle. Il apprend peu à peu à gérer ses émotions de manière adéquate, au rythme de son développement. 

Si au contraire, nous interdisons à un enfant d'exprimer ses émotions, ou que nous le critiquons pour cela, il en vient à croire que ce qu'il ressent n'est pas juste, approprié, ou encore sain. Il ne se fait plus confiance, et n'est plus en mesure de s'écouter. Cela engendre nécessairement une perte d'estime de soi, de respect de soi, une certaine instabilité et incapacité à gérer ses émotions plus tard.
Il est souvent difficile pour nous, adultes qui n'avons pas bénéficié d'une bienveillance éducative, de permettre à notre enfant de vivre ses émotions. Elles font souvent écho à notre propre souffrance d'enfant, et à notre ignorance de l'éducation émotionnelle. Il est alors de notre responsabilité d'éduquer notre propre intelligence émotionnelle. Et au besoin d'être aidé,  par le biais d'une thérapie par exemple. 

De plus en plus, notre société devra vraisemblablement prendre en compte les émotions, et les exploiter en tant que véritable intelligence, avec des outils appropriés. A la base, elles représentent un réflexe à une situation - elle ont donc toute leur utilité, concernant notre survie par exemple. Elles possèdent leur propre forme d'intelligence, ou plutôt de rationalité. Alliées à l'intellect, elles représentent un formidable outil d'épanouissement dans la vie.


dimanche 21 juin 2015

Hacker l’éducation : pourquoi ?


Source

Self-empowerment

Il s’agit avant tout de s’autonomiser, de créer ses propres conditions d’apprentissages (do it yourself) et de remettre en question l’autoritaire schéma habituel enseignant/apprenant : chacun est invité à prendre la responsabilité de ses apprentissages, chacun est porteur de savoirs et de compétences qu’il est à même de partager à son tour. Le travail en collaboration représente d’ailleurs une émulation intéressante. 


Auto-éducation

Cette démarche développe la responsabilité et la créativité : il faut trouver ou créer ses propres  ressources éducatives, distinguer la qualité de celles-ci, penser par soi-même (et comment penser !) et être critique. L’esprit d’initiative est donc nourri de ce cheminement. Par ailleurs, il y a valorisation de l’échec comme outil pédagogique : celui-ci se révèle levier d’apprentissage.


Edu-hackers

Tout d’abord, signal fort: le nombre de familles qui choisissent l’instruction en famille ne cesse d’augmenter. Nous y retrouvons toutes les tendances: des cours par correspondance à l’unschooling le plus radical. Autre indication, les écoles alternatives en nombre croissant également.

Ainsi, de saisir toutes les opportunités d’apprentissage possibles ; et elles sont nombreuses, notamment grâce aux possibilités offertes par Internet et le numérique. Mais parfois aussi via des voies moins classiques encore, comme les jeux vidéos. Par exemple, Hackidemia propose des ateliers pour enfants, par lesquels ils apprennent en construisant. La Khan Academy, pionnière en la matière, propose depuis 2006 près de 2.200 tutoriels en ligne sur des sujets variés, en particulier les mathématiques.
Les MOOC, qui fleurissent ces derniers temps sur le net, sont un bon exemple : issus des universités américaines, ils ont réussi à s’introduire jusque dans les foyers. 
Mais c’est aussi une invitation, pour chaque particulier qui s’est spécialisé sur un sujet, à créer son cours et à le mettre à disposition du monde entier. 
Il est possible que les MOOCS transforment profondément l’éducation.
Autant de supports qui allient vitesse, flexibilité, et excellence !

Cela témoigne d’une grande volonté également de désenclaver les savoirs, de les proposer en libre partage, accessibles à tous : une manière de réellement les démocratiser.

L’expérience – qui prime alors sur la théorie – est souvent au centre des apprentissages (via des ateliers par exemple). D’ailleurs, l’accent est souvent placé sur les compétences plutôt que les notes, sans que cela ne soit pas au détriment de la connaissance.


Mobilité, souplesse, dynamisme

Il y a aussi, quelque part, la volonté d’un programme à la carte, car la vie professionnelle demande aujourd’hui une grande flexibilité, des capacités d’adaptation. En parallèle, les connaissances évoluent si vite que l’outil d’apprentissage se doit d’être souple, sans cesse actualisé.

D’ailleurs, dans cette tendance, l’éducation permanente, ou tout au long de la vie se généralise : il n’y a plus d’âge pour se former, apprendre. Plus de limites donc.

Concernant l’éducation institutionnelle, il faudra bien, pour survivre, qu’elle s’adapte à ces nouvelles perspectives, et entame une grande remise en question : tant dans le fond et la forme, au risque d’être complètement obsolète. Les diplômes classiques ne suffisent plus, l’enseignement classique ne nous prépare plus aux enjeux complexes de la société actuelle et future. En tout cas, pour l’instant, le hacking de l’éducation représente une belle opportunité pour compléter et élargir ses connaissances. A long terme, faisons le pari que ces pratiques se généralisent et nous réservent de belles surprises !

Le Musée du Quai Branly, l’atelier Objet Magique


Ouvert en 2006 à l’initiative de Jacques Chirac et réalisé par Jean Nouvel, le musée du Quai Branly possède une collection de plus d’un million de pièces provenant des civilisations non européennes du monde entier, nichée au cœur d’un écrin de verdure.

Véritable invitation au voyage, nous pouvons découvrir dans ce musée des objets tels que des masques, statues, instruments de musique, textiles ou encore bijoux qui suscitent souvent des réactions variées : certains objets sont drôles, d’autres effrayants, ou étranges…  

Les enfants sont particulièrement bien accueillis au Musée du Quai Branly. Dès 3 ans, celui-ci propose de nombreux ateliers et activités d’excellente qualité, tout au long de l’année : visites guidées en famille, visites contées en famille (une pour chaque culture), ateliers en famille (la pluie, au cœur des masques, mission archéo, destination musique, etc.), et enfin, un atelier pour les enfants sans les parents (A l’aventure !).

Ainsi, les ateliers représentent un excellent support pour initier un véritable dialogue sur les cultures. Ils permettent aux enfants de découvrir l’usage de certaines œuvres, parfois tout à fait inattendu ou curieux, mais aussi les traditions, croyances et pratiques artistiques de peuples non européens.

Enfin, en plus de nombreux supports pédagogiques disponibles, le musée offre aux enfants un passeport d’aventurier : à chaque visite, l’enfant le fait tamponner, et à la 3ème  il reçoit un cadeau.



Destiné aux enfants de 3 à 5 ans, cet atelier dure 1h30.
Dans un premier temps, les enfants sont installés dans une salle aménagée, assis sur des coussins, où l’animatrice diffuse quelques images. Ils sont ainsi brièvement initiés à la géographie de l’Afrique centrale, et découvrent la carte du Congo où se situe notre « intrigue ».
Ils découvrent ensuite quelques objets « magiques », les minkisi , en particulier des statuettes Kongo, qui abritent un réceptacle destiné à accueillir un mélange d’herbes magiques et d’objets, l’œuvre du Nganga, le sorcier ou devin du village. On parle des ancêtres, des esprits, des rites et croyances. Par exemple, le minsiki sert à protéger le village.
On regarde aussi un de ces sachets magiques qui révèle son contenu une fois ouvert : coquillages, herbes, perles, grelots,…  On écoute aussi des chants traditionnels.
On prend le temps d’observer, de décrire les formes et les matières, on pose des questions. Ensuite, l’animatrice leur fait faire la connaissance de Babou, une petite poupée africaine qui porte un sachet magique, que les enfants vont pouvoir tenir à tour de rôle.
Les enfants vont ensuite dans le musée pour observer les collections africaines, et les statuettes Kongo qu’ils viennent de voir à l’écran. Après cette visite, les enfants reviennent dans la salle, où leur est distribué le matériel nécessaire à la confection d’un sachet magique : on leur donne un morceau de tissu qu’ils peuvent décorer comme ils le souhaitent, ils vont aussi récolter dans des paniers de quoi le garnir : coquillages, plumes, grelots, paillettes, fibres, etc. Et avant de refermer le tout, ils font un vœu !

Comme pour chaque activité, le musée met à disposition sur son site un dossier pédagogique.

L’objectif de l’atelier est donc pleinement atteint : les enfants ont bien compris la notion d’objet magique dans la culture Kongo, mais abordent aussi des notions abstraites et complexes dans une culture non connue. Lors de l’atelier, ils travaillent la motricité fine en manipulant de petits éléments.









Les + : Un atelier d’excellente qualité, très bien pensé et réalisé ! Nous tenterons les autres ateliers. La variété de l’offre à l’intention des enfants.


Les - : /

37 Quai Branly
75007 Paris

samedi 20 juin 2015

Pourquoi emmener les enfants au musée ?



Il n’y a pas vraiment d’âge pour emmener les enfants au musée, mais plus tôt un enfant prend l’habitude de se rendre au musée et plus tôt il est possible de le sensibiliser à l’art et au patrimoine.

 « Ces visites affineront la sensibilité de l'enfant ; elles fourniront des exemples concrets qui préserveront l'enseignement scolaire de l'abstraction, pour le maintenir en contact étroit avec la réalité. »
Conférence « le rôle du musée dans l’éducation », UNESCO (1947)[1]

Il ne s’agit donc pas tant de proposer une culture de l’art trop théorique et magistrale aux enfants, mais de les inviter à découvrir, observer, (s’) interroger, et surtout à ressentir les œuvres. Les œuvres représentent un support privilégié pour la discussion et le dialogue à propos d’un nombre illimité de sujets.

Les musées sont donc des lieux d’apprentissage à part entière : l’une des fonctions du musée revient à communiquer son savoir. Toute la difficulté réside dans la pratique et les choix pédagogiques, qui doivent toujours s’adapter au public.

Bien conscients de ces enjeux, nombre de musées ont à cet effet développé une offre éducative et pédagogique stimulante, proposant des ateliers à l’intention des enfants, alliant arts plastiques, contes ou autre activité et observation des œuvres exposées. D’autres privilégient le parcours, le jeu de piste, la chasse au trésor, ou démarche interactive, tout en amusant. L’accompagnement numérique se fait aussi plus présent.

Et quels sont les bénéfices de ces apprentissages ? Bien que peu d’études s’attachent à les cibler, on peut énumérer : le plaisir ou déplaisir éprouvé lors de la visite, la découverte de soi comme visiteur (cela s’apprend !) et les découvertes dans le musée.

Il apparaît que « les visites au musée permettent de grandir et d'évoluer dans leur vie personnelle [...] Elles sont des occasions de ressourcement, d'ouverture à soi, aux autres et à l'environnement. Elles leur permettent d'acquérir ou de remettre à jour des savoirs; elles provoquent chez eux des prises de conscience, soulèvent des questions, suscitent des remises en question, ravivent leur créativité. »[2]

Sans aucun doute, cette rencontre avec l’art nous rend-t-elle plus conscients de notre propre responsabilité face à la préservation du patrimoine culturel. Ni nationalisme, ni passéisme mais conscience de la richesse inouïe de l’humanité.




[1] http://unesdoc.unesco.org/images/0015/001556/155669fb.pdf
[2] Lefebvre & Lefebvre, 1993 in http://www.memoireonline.com/05/11/4536/m_La-motivation-et-lapprentissage-dans-les-musees7.html

samedi 9 mai 2015

Le conflit, une opportunité pour grandir


La paix ne peut être obtenue par la violence, elle ne peut être atteinte que par la compréhension. Albert Einstein

Le conflit, une opportunité pour grandir de manière consciente et responsable


Un conflit est une opposition avec soi, une personne, ou encore entre des groupes, lors de laquelle la communication est difficile ou même rompue. C’est un indicateur que quelque ne va pas dans la relation, qu’il faut du changement. Il déclenche souvent une situation vécue dans la douleur, la peur et la colère ; car le conflit réactive souvent des blessures anciennes : peur du rejet, peur de l’abandon… autant de blessures qui dominent encore notre ego et nos croyances.
Et nous avons l’impression que nous ne pourrions en sortir que par la fuite ou par la lutte, qui amènerait l’autre à être finalement d’accord avec nous. Dans ce schéma, chacun se sent agressé, et se met en posture défensive : hypersensible, chacun réagit. Le dialogue est donc impossible, chacun campant sur ses positions, et dans une tentative désespérée d’entrée en contact, il est possible que l’un des protagonistes en vienne à faire usage de violence.

A la base, les racines du conflit sont souvent les mêmes : le manque d’écoute, de compréhension, de respect, de communication, de reconnaissance de la part de l’autre… Qui renvoient une fois de plus à nos propres carences.

Nous comprenons dès lors que, dans notre société où nous n’avons sans doute jamais autant communiqué, nous communiquons pourtant très mal, en manque d’outils relationnels - et combien nous ne maitrisons pas nos émotions ! 

Pourtant, il est possible de réagir différemment : par exemple, en créant une ouverture par le dialogue, la médiation, provoquant ainsi une réelle rencontre. Car le conflit est une opportunité de rencontre, de transformation personnelle, relationnelle, sociale, voire culturelle. Il faudra bien entendu y mettre de la volonté.

Le plus grand travail à réaliser réside dans la responsabilisation de soi (communication, émotions, croyances) et de ses actes : car le conflit nous en apprend autant – voire plus - sur nous-mêmes et nos propres mécanismes, que sur l’autre. En cela, c’est une occasion de remettre en question certains de nos automatismes et de nos préjugés – qu’ils soient conscients ou non. Il y a un aspect indéniablement thérapeutique à intégrer.

Dès lors, il s’agit de parler de soi, de ses ressentis, croyances, d’exprimer des besoins et des demandes clairs ; sans toutefois blâmer et accabler l’autre. Car il est essentiel de ne pas accuser et juger l’autre… Il est temps de quitter le paradigme bourreau / victime, qui ne sert qu’à culpabiliser et déresponsabiliser, à se victimiser (pour mieux être bourreau), nourrissant indéfiniment le conflit et la violence. Il n’y a pas de gagnant dans cette équation.  

Il s’agit donc d’accepter l’autre dans sa différence, libre d’être ce qu’il est ; mais aussi de s’accepter soi-même. Et de voir combien le conflit nous grandit, nous permettant de poser des limites saines, un cadre relationnel respectueux de chacun.

En définitive, le véritable vivre ensemble s’enrichira des conflits, il en fera une force. Il accueillera chacun dans sa différence, dans sa liberté d’être ce qu’il est. Il permet de cohabiter, de se relier ensemble, sans demander à l’autre d’être semblable à nous-mêmes – même et surtout lorsque nous pensons avoir raison. Le véritable vivre ensemble est dynamique, mouvant, changeant. Il n’exclut personne. La paix n’est pas l’absence de conflit : elle est la capacité non-violente, respectueuse et empathique à accompagner le conflit.


Des outils précieux à l’accompagnement des conflits : la médiation, la CNV, la gestion des émotions, l’empathie.